Accueil > Dossiers Experts > Chauffage électrique > Avenir du chauffage électrique en France

 

Malgré la RT 2012 qui le pénalise fortement, le chauffage électrique n'a pas dit son dernier mot ...

 

radiateur design

Richard Merve @Radiateur.design

Nous développons au travers de la rubrique < dossiers experts en chauffage > un grand nombre de thématiques afin de vous aider à identifier une solution de chauffage design qui vous apportera confort et économies d'énergie dans la durée ....

• Vous aimez nos articles ? Partagez-les :

 

RT2012 : limitation au seuil de 50KWhep/m2.an

+ Le seuil définit par la RT2012 impose un seuil maximal de consommation de 50 KWhep/m2.an. Rapporté à l'électrique cela correspond à 19kWh en énergie finale électrique (pour le chauffage, l'eau chaude sanitaire, l'éclairage et la ventilation). Le chauffage électrique est en effet directement pénalisé par un coefficient de pondération (ou de pénalisation) de 2.58 qui s'applique du fait de l'origine de la production d'électricité (principalement nucléaire en France).

+ Ce coefficient est pondéré en fonction de la zone géographique, de l'altitude, de l'usage du bâtiment et de sa surface.

+ Cette réglementation impacte grandement le chauffage électrique dans les logements neufs. Les ventes de chauffage électrique se sont effondrées dans le neuf ces dernieres années. En effet, le respect de cette limite n'est pas impossible à atteindre mais très difficile. Cela implique la pose de radiateurs électriques à haute efficacité (comme les radiateurs rayonnants infrarouges) donc très chers.

+ De plus la production d'eau chaude sanitaire électrique est bannie.

avenir chauffage électriqueavenir chauffage électrique

Ce coefficient de pénalité est-il juste ?

Le Coefficient de pénalité ne s'applique pas à toutes les énergies et notamment au chauffage au Gaz (importé !) !

Nombreuses sont les voix qui s'élèvent pour demander l'application d'un coefficient équivalent au sources d'énergies non renouvelables.

La RT 2012 ne bannit pas directement le chauffage électrique mais elle implique une parfaite isolation et l'intégration de solution d'énergie renouvelables (ballon thermodynamique, vmc double flux, etc..) pour que ceci soit réalisable.

En clair, installer un mode de chauffage électrique dans du neuf implique nécessairement un surcoût de travaux (isolation beaucoup plus performante, panneaux solaires, ballon thermodynamiques, ....) pour respecter le seuil imposé.

Ceci n'a finalement rien à voir avec l'efficacité de la solution de chauffage et sa consommation. Ce n'est qu'une conséquence "mécanique" d'un réglementation qui n'applique pas les mêmes contraintes à tous les modes de chauffage (au gaz par exemple).

Ceci est perçu comme injuste de la part des fabricants et professionnels du chauffage électrique dans la mesure où :

- l'impact en émission de CO2 n'est pas pris en compte par la réglementation

- les prix du gaz ont augmenté beaucoup plus vite ces dernieres années que celui de l'électricité. Ceux augmenteront mécaniquement alors que la demande de gaz ne cessera d'augmenter si l'on favorise les installations de chauffage au gaz dans les logements neufs.

- le gaz qui est directement favorisé (par lobbying anti-électricité) est importé contrairement à l'électricité produite sur notre sol.

- cela ne favorise pas le développement des énergies renouvelables qui génèrent de l'électricité, puisque l'élecricité dans son ensemble est pénalisée.

 

La nouvelle réglementation va-t-elle tuer le chauffage électrique ?

Non. Les spécialistes du secteur estiment que l'électrique performant a encore un bel avenir en France. En effet, d'une part le coefficient de pénalité imposé par la norme est modulé en fonction de la surface des habitations. Les petits logements restent donc tout à fait adapté au chauffage électrique.

Egalement, les bâtiments neufs (parfaitement isolés) auront des besoins énergétiques tellement faibles que l'investissement dans des installations lourdes ou de chauffage centralisé sera devenu inaproprié et excessif ! Des solutions de chauffage électrique très performants (comme le radiateur infrarouge par exemple) vont s'imposer au fil des années (avec des radiateurs de très faible puissance moins de 500W pour chauffer une chambre). En effet, les besoins de chauffage seront de plus en plus faibles du fait de l'efficacité croissante de l'isolation des bâtiments. Selon Christian Cardonel (Bureau d'ingénierie éponyme), les périodes d'allumage du chauffage vont également être considérablement réduites dans le futur (on parle de 80% du temps où le chauffage n'est pas allumé dans les maisons RT2012). Ceci est d'autant plus vrai dans les zones géographiques les plus chaudes (bassin méditérranéen, sud ouest, ...).

La souplesse de pilotage, la réactivité, l'absence de maintenance, et les dernières innovations technologiques permettent également de penser que le chauffage électrique est promis à un avenir plus "rayonnant" qu'il n'y paraît.

Aujourd'hui les dernières innovations liées au chauffage électrique (détection de présence, détection de fenêtre ouverte, thermostats intelligents, etc....) ne sont pas prises en compte en tant que telles dans la réglementation. C'est à dire que les économies qu'elles entraînent ne sont pas prise en compte. Devant les économies avérées, peut-être les pouvoirs publics ajusteront-ils cette position.

 

radiateur design Le chauffage électrique est le seul mode de chauffage qui permette une optimisation maximale de la chaleur dans toutes les pièces de l'habitat (source : Gifam -

VOUS AIMEZ NOS ARTICLES ?

radiateur design

Richard Merve @Radiateur.design

• Partagez-les :

 

Vous avez un projet ? Vous souhaitez des conseils ?

DEMANDEZ UN DEVIS GRATUIT et CONTACTEZ-NOUS

 

 

TOP